Lou Lazzarotto, enfant du club...

   A tout juste 20 ans, Lou Lazzarotto, numéro 5 dans le dos, martirise les défenses de NF3 avec son club formateur. Son adresse derrière l'arc ainsi que son intelligence de jeu font de cette jeune joueuse née au BVT un élément majeur du groupe de Jeff Trevisi qui va tenter de se maintenir dans sa poule de NF3. Souvent décisive grâce à ses shoots longue distance en alternant avec des drives déstabilisants, Lou est également une personne posée et très mature. Future professeure de mathématique, sa logique et son bon sens sont deux constituantes majeures de la personnalité de la joueuse de basket mais également de la jeune femme. Portrait...

Le basket? Ca a commencé quand pour toi?

   J'ai commencé le basket à l'âge de 3 ans, en baby avec Jacqueline Guichard, et depuis ce jour, je n'ai plus quitté les terrains et je n'ai surtout jamais quitté le BVT.  Pendant mes années basket, j'ai eu la chance, en benjamine, d'être choisie pour faire partie de la sélection Isère de basket avec laquelle nous avons gagné le TIC puis nous perdons le TIZ au goal-average, mais c'était vraiment une super expérience dont je me souviendrai encore longtemps. Ensuite, j'ai fait partie de l'entente avec Saint Victor de Cessieu, appelée UND. Nous étions toutes des minimes deuxième année surclassées en cadettes. Jy ai rencontré de superbes filles, avec qui pendant deux années de suite nous avons été championnes des Alpes. Pendant mon année junior, nous avons participé à la coupe de France U20, où nous avons fait d'ailleurs plus que participer puisque nous avons été vice-championnes de France. Puis après me voilà en seniors, j'ai commencé en région, puis pré-nationale et l'année dernière nous avons obtenu notre ticket pour la nationale 3. Que ces belles années au BVT continuent...

Tes meilleurs souvenirs depuis tes débuts?

   Il y en a tellement!!! Tout d'abord, toutes les finales que j'ai pu jouer, c'est forcement des matchs particuliers. J'en ai gagné certaines mais j'en ai aussi perdu, comme celle de la finale de coupe de France juniors même si c'est celle que je retiens le plus. Avec les filles on avait, et on a toujours je pense, le sentiment d'avoir accompli quelque chose de grand et l'ambiance ainsi que l'engouement des supporters étaient juste magique. Après, le tournoi international de Feurs est également un super souvenir. C'était un week end où on pouvait se confronter aux belges ou aux lituaniennes par exemple, et dans lequel on s'est éclaté avec les filles. On dormait dans les familles des joueuses adverses et toutes les équipes mangeaient et partageaient de bons moment ensemble le midi. C'était vraiment top! Ensuite je me souviendrai toujours de tous les stages que j'ai pu faire, en tant que joueuse mais aussi en tant qu'encadrante, au BVT. J'en ai fait pas mal, et ils étaient tous aussi bien les uns que les autres. Sur une semaine, la catégorie ou même le niveau ne rentraient plus en ligne de compte et on s'éclatait tous ensemble. Je me rappellerai toujours de ces grands Lucky-Luck!! Enfin, ce que je retiens le plus, c'est tous ces moments passés au gymnase, à encourager, jouer, vibrer pour le BVT, comme les dimanche après-midi où les anciennes NF3 jouaient et que je vibrais et rêvais un peu en les regardant.

Désormais cadre de la NF3 à seulement 20 ans, tu apportes beaucoup à l'équipe. Quelle est ta méthode de travail, le secret de ta réussite?

   Ce que tu me dis me fait plaisir mais franchement, je ne me considère pas du tout comme une cadre. Cette année je prends énormément de plaisir à jouer, je me donne à 100% chaque match et je joue libérée. Les filles me le rendent hyper bien. C'est ce que j'aime cette saison, chaque joueuse a une importance dans notre collectif, même si certaines n'en sont pas convaincues, chacune d'entre nous apporte quelque chose au groupe et au jeu, et c'est cool! Ensuite, je ne peux pas vous parler de secret de réussite car pour moi ces mots sont beaucoup trop forts, mais par contre depuis cette année, je me suis vraiment rendu compte que l'assiduité aux entrainements était indispensable. Mes deux années précédentes ont été beaucoup plus compliquées baskettement parlant, car du fait de mes études (maths Sup/maths Spe) j'étais beaucoup moins présente aux séances. Cette année, étant à la fac, je peux tous les faire, et je vois clairement la différence dans mon jeu. Alors, certes l'entraînement n'est jamais la partie préférée d'un joueur mais il est indispensable. Enfin, je dirais que le plus important c'est vraiment de prendre plaisir en jouant, aucune pression, aucun stress, aucun conflit ne doit rentrer en compte, il faut juste s'éclater, et c'est ce que je fais cette année. 

Tes amies sur le terrain et les joueuses avec qui tu as nouée des relations plus fortes?

   Grâce au basket, j'ai rencontré beaucoup de superbes personnes et j'ai noué de belles et solides relations. Le problème, c'est qu'il  y en aussi tellement que je m'excuse d'avance si j'en oublie. Tout d'abord, grâce au basket, certaines filles sont devenues un peu ma famille comme ma belle soeur Laura (Laura Chevallet, joueuse du club) ou désormais ma cousine par alliance Marie (Marie Boiton-Lazzarotto), ainsi que Laurie (Laurie Ribeiro) qui, en plus d'être ma capitaine, est vraiment ma meilleure amie au jour d'aujourd'hui. Ensuite j'ai rencontré toutes mes copines au basket: Soline, Fiona, Delph, Audrey, Emilie, Clarisse... mais aussi des garçons géniaux comme Ben Leriche et Clément Baer. Ces amitiés sortent désormais complètement du cadre basket, je peux vraiment compter sur ces personnes comme elles peuvent compter sur moi, et on se voit très rugulièrement: week-end ski/soleil, et de nombreuses soirées ensembles.Toutes les filles avec qui je joue cette année sont aussi de super filles, avec qui j'adore être, et j'ai surtout appris à découvrir et connaître Maryon Mack, une fille vraiment top. Enfin, grâce au basket, j'ai rencontré comme il aime à le dire: mon père spirituel, Steph Trevisi. J'ai adoré jouer pour lui pendant de longues années et la joueuse que je suis aujourd'hui lui doit beaucoup. Même s'il n'est plus mon coach je sais que je peux compter sur lui, il me l'a assez prouvé.   

 

Un modèle basket? Peux tu nous en dire plus?

   Un modèle basket, non parce que je vais vous avouer quelque chose, je regarde très très peu le basket à la télé, je regarde et je suis beaucoup plus le foot (Aller le PSG!). Cependant dans ma vie, j'ai des modèles forcément, et ce sont les 3 femmes de ma grande famille: ma mère et mes deux grand-mères. J'aimerais être une femme aussi forte que ces 3 personnes le sont. Elles ont toutes les 3 vécu des choses, à des degrés différents, que je ne souhaite à personne et juste pour ça je les admire. J'entretiens avec elles des relations fusionnelles, et nous partageons énormément ensemble. Je leur dois beaucoup. 

Que peut-on te souhaiter pour cette fin de saison?

   En ce qui me concerne, j'espère finir mes études de la meilleure des manières et enfin être cette prof de maths que je veux être depuis longtemps. Mais je dirais que le plus important, c'est ma santé et celle de mes proches, le reste ça viendra tout seul. En ce qui concerne l'équipe, le maintien en Nationale 3 forcément!!! Car je vous promet que l'on donne beaucoup chaque week-end. On est une petite équipe de jeunes (avec 2/3 vieilles quand même!) qui se bat tous les week-ends pour essayer d'exister dans cette poule. On se bat peut-être pas avec les mêmes moyens que les autres équipes mais on prend un plaisir fou à jouer ensemble, enfin en tout cas pour moi c'est le cas. On est toutes des compétitrices, donc vous imaginez bien que descendre serait une grande déception pour nous. Continuez à venir nous encourager et souhaitez nous des victoires!!!  

Ce qu'ils pensent de Lou!!!

Jeff Trevisi (coach des NF3): Lou est une grosse travailleuse qui a su se remettre en question et travailler son agressivité qui était son principal point faible. L'année dernière elle a failli arrêter car elle n'était pas assez dur et avait donc un temps de jeu moindre. Elle a eu le déclic dès le début d'année et elle est devenue notre scoreuse numéro un. Elle est performante en défense et c'est une joueuse très intelligente et très adroite. Sa progression a été fulgurante et elle a su se rendre indispensable dans le groupe. Elle donne tout pour sauver l'équipe.

Clarisse Richard (amie d'enfance et co-équipière): Ma louloute en tant que joueuse c'est quelqu' un qui sait poser et faire le jeu. Elle artille à trois points (avec une jolie gestuelle). Elle aime la pression et la tourne souvent à son avantage. Elle est calme et réfléchi. En tant qu'amie, c'est quelqu'un sur qui tu peux toujours compter, avec qui tu rigoles tout le temps en plus de partager plein de choses. On a passé de super-années à jouer et à apprendre le basket ensemble! Poussines, benjamines, minimes et puis cadettes et maintenant seniors. C'est tout simplement quelqu'un de super ma Louloute !

Laurie Ribeiro (capitaine des Rosies): Lou l’amie et Lou la joueuse, c’est pas tellement différent. En fait elle est toujours fidèle à elle-même ! D’ailleurs toujours restée fidèle à son club de coeur: le BVT. C’est une force tranquille. En amitié comme dans le jeu elle aura besoin de confiance, mais une fois qu’elle en assez, elle donne tout et ça marche. Elle est la même en dehors que sur le terrain à part sur un point que j'aborderai juste après. Tous les aspects de sa personne qu’on retrouve autant avec un ballon que sans: sa logique incroyable (oui elle sait pas faire que des maths), sa sérénité bluffante (quelques nerfs pètent parfois en match mais elle fera jamais bien peur), sa vision du jeu juste qui se relie facilement à son intelligence d’esprit! Et le point sur lequel je démarquerais de Lou c’est que dans la vie courante, elle peut parfois manquer de tact et être un peu maladroite... Elle compense du coup avec brio sur le terrain par son adresse de dingue! Bel équilibre entre son caractère dans la vie et sa force de caractère dans le jeu... Je suis toujours admirative face à une personne aussi humble qui a su traverser des épreuves de la vie avec force et persévérance. Elle ne lâche jamais rien et cherche toujours à aller au bout des choses dans tout ce qu’elle entreprend. Je finirai juste sur le fait que nous avons beaucoup de chance de l’avoir et que j’ai personnellement de la chance de la compter dans mes amies proches.

Petit Rapido???

Un Numéro: 5

Un Film: Dirty Dancing 

Un sportif: Kylian Mbappé 

Un plat: Le Gratin Dauphinois, mais que celui de ma grand-mère 

Un leitmotiv: "Il n'arrive rien à celui qui n'est pas capable d'endurer!"

Une amie: Laurie Ribeiro 

Un garçon: Un Homme, mon père 

Une force: J'abandonne jamais 

Une faiblesse: ma gentilesse (et le chocolat!)